Les 1001 vies des urgences

A partir du samedi 8 février

Chers spectateurs,
Le confinement de notre théâtre touche bientôt à sa fin.
Le théâtre du Splendid espère une réouverture au 15 décembre 2020.
Et tous nos collaborateurs peuvent enfin reprendre leur activité dès aujourd'hui.

Pour vos billets achetés via le théâtre et son site web, nos équipes billetterie vous contacteront lors des deux prochaines semaines afin de vous proposer un report ou un remboursement des représentations annulées. 
Pour toute question vous pouvez nous joindre à l'adresse suivante : splendid@lesplendid.com et à partir du 10 décembre également par téléphone au 01 42 08 21 93.
Nous vous remercions par avance de votre patience, vous êtes très nombreux à nous contacter, nous mettons tout en oeuvre pour vous répondre au plus vite.

Pour les billets commandés sur les sites de nos revendeurs partenaires, merci de contacter ces sites directement.

Nous serons ravis de vous retrouver dans notre salle avec le Cercle des illusionnistes d’Alexis Michalik qui reviendra à 19H, (votre retour après 21h étant autorisé sur présentation de vos billets en cas de contrôle).
A partir de janvier nous jouerons le nouveau One man show de Max Boublil.
Encore une fois nous vous remercions pour votre patience et votre solidarité en cette période complexe pour tous.
Et nous avons hâte d’entendre à nouveau vos applaudissements entre nos murs, vous nous avez manqué.

 

 

 

Affiche Une semaine pas plus

L’histoire


Les 1001 Vies des Urgences est adapté du blog aux huit millions de visiteurs et du best-seller éponyme “Alors voilà. Les 1001 vies de urgences” de Baptiste Beaulieu © Éditions Fayard.

Lorsqu’un jeune interne en médecine se prend d’affection pour la patiente de la chambre 7, il décide de commencer une course folle contre la montre ; il va lui raconter, avec humour et sensibilité, des histoires de son quotidien dans le milieu hospitalier pour la maintenir en vie jusqu’à ce que son fils, bloqué à l’étranger, puisse arriver… 

Truffé d’anecdotes inédites et bien réelles, le spectacle peint avec humour, les infirmières au grand coeur, les internes gaffeurs et les incroyables rencontres avec les patients. 
Il passe l’hôpital au scanner et nous livre un bloc d’humanité. 

 

 

Distribution

Une pièce de Baptiste Beaulieu – Mise en scène : Arthur Jugnot
Avec : Alex Auriant

Adaptation Flavie Péan
Scénographie : Juliette Azzopardi
Lumières : François Leneveu

 

Revue de presse

 

Arthur Jugnot met en scène avec célérité le texte du médecin généraliste devenu romancier, Baptiste Beaulieu : Alors voilà ! Les 1001 vies des urgences. Donnant à voir un être généreux profondément humain. Qui met du baume au cœur. Des patients et du public. « Tout est vrai », prévient Axel Auriant, le fabuleux comédien qui lui prête sa bouille angélique et sa dégaine. Le Figaro

Pour rire et oublier jusqu’à la dernière seconde. Un spectacle assez inattendu, à la fois potache et sensible, poétique et quotidien, dans la mesure où, est-il rappelé, la maladie, la vieillesse, la mort concernent tout à chacun. Il s’agit alors de tenir le spectacle sur ce fil, et le pari est réussi. L’Humanité

Terrible et drôle plongée dans l’hôpital.
C’est une belle célébration, humaine mais aussi politique, de l’hôpital, de l’art de la médecine. Les faits rapportés sont durs souvent, éprouvants. Pourtant, il y a de la joie, de la vitalité et donc du rire dans ce spectacle, et les talents engagés sont remarquables. Le Quotidien du Médecin

Le comédien de 21 ans est seul sur scène et livre une prestation bourrée de modernité et parfaitement maîtrisée. Il parvient à jongler entre les personnages (et les instruments de musique) avec une facilité déconcertante. Si les jours défilent à l’hôpital, il nous embarque hors du temps, où rires et larmes s’entremêlent parfaitement. À la fin du spectacle le public est conquis, et nous aussi. ELLE

On est happé par ce récit vibrant d’humanité. Cette relation d’amitié bouleversante entre l’interne et la mourante. À la fin du spectacle, le public est debout. Allez-y, vous comprendrez pourquoi. Le Progrès

Une pièce furieusement d’actualité ! La Provence

 

 

Les avis des spectateurs

[sgrb_review id=1]

Jours et horaires

Les samedis et dimanches à 18h à partir du 8 février.

Prix des places

Carré Or : 36 €
1ère catégorie : 32 €
2e catégorie : 26 €
3e catégorie : 18 €

Plus frais de location 1 €